LA PART D'OUBLI

Extrait 

9791092195156.jpg
9791092195156_Photo-4èmeCOV_(1400x2245).

Fulgurances


Nous ne sommes que fulgurances
Spectres parus, si tôt défaits.
À vouloir rester, on en oublie le vent
Le filant de sa peine
Caresse amère qui nous roule
Déjà poussière, presque regret.
On s’éteint... à trop serrer le temps !
Et ces sables que l’on croyait tenir
Alors qu’on naît, meurt de mouvement
Qu’on ne sait que partir...
Rien ne restera, misère de nous
Qu’un secret souvenir
Un songe ébouriffé de prières
Dans les cheveux du vent !